Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
LA CHRONIQUE LIVRE
du 29 avril 2009


« … dans les domaines que je viens d’aborder (recherche fondamentale, médecine et industries), les OGM sont utilisés non pas comme une fin en soi, mais comme des moyens pour arriver à une fin. »
« Dans le domaine agro-alimentaire, en revanche, les OGM ne sont plus un moyen pour arriver à une fin, mais une fin en soi. »
« Prôner les OGM agricoles pour réduire la quantité de pesticides, et donc protéger l’environnement, c’est aussi stupide et malhonnête que de favoriser l’installation des grandes surfaces quand on prétend protéger les petits commerces de proximité. »

Si l’ignorance est l’arme la plus usitée par l’oppression afin d’asseoir sa domination, dans le cas des OGM elle devient le fer de lance des plus grosses sociétés transnationales de biotechnologie et d’agroalimentaire.
OGM Tout s’explique, de Christian Vélot est l’antidote à cette ignorance qui permet à certaines multinationales de multiplier par x fois leurs profits aux dépends de la biodiversité et, on peut a minima le penser, de la santé humaine.

Christian Vélot est Docteur en Biologie et Maître de Conférences en Génétique Moléculaire à l’Université de Paris-Sud. Christian Vélot n’est donc pas un allumé cherchant à assouvir une quelconque vengeance séculaire à l’encontre de grands groupes agroalimentaires. Une faux entre les dents, il ne hante pas, les nuits de pleine lune, les champs plantés de maïs transgénique. Les Faucheurs volontaires s’en chargent bénévolement, le jour et à visage découvert, usant ainsi du droit de tout citoyen à faire œuvre de désobéissance civile — des gens comme vous et moi, mais avec une petite différence : un courage et un sens du bien collectif plus développés.
Donc, Christian Vélot est un chercheur, autrement dit : un scientifique. Il faut, pour être exact, préciser que Christain Vélot est un scientifique doté d’une conscience. Il n’est pas comme certains de ses confrères un scientiste, un homme détaché de la réalité, enfermé dans son laboratoire, des levures dans une paume de la main et dans l’autre une pipette.

Depuis des années, Christian Vélot anime des conférences sur le thème des OGM. Il parcourt l’hexagone afin de nous éclairer sur ce que sont ces OGM et les risques qui y sont liés. Pour avoir visionné une de ses conférences il y a quelques temps, je crois pouvoir dire que nous ne savions (le grand public) absolument rien sur les OGM, hormis les doctes balourdises trop souvent véhiculées par de pseudo-scientifiques aux ordres et à la solde de certaines firmes cotées en bourse. Des couillonnades reprises par quelques hommes politiques — principalement des adeptes de la croissance éternelle, convaincus de vivre sur une Terre aux ressources infinies, persuadés que la science saura un jour pallier ou, mieux, réparer la destruction de la biosphère par l’Homme — et reliées par des médias moutonniers.
Bref, à la campagne de désinformation et d’intoxication orchestrée par nombre de multinationales de l’agroalimentaire (brevetant le vivant et détenant à elles seules plus de 80% des brevets sur les semences) s’oppose, entre autres, un Christian Vélot, qui explique, prévient et propose. Il est ce qu’on appelle communément un lanceur d’alerte.
J’ajouterai, ce qui ne gâte rien, que cet homme-là a de l’humour à revendre. Un exemple : « … l’équipe du professeur T. K. Cheng… fait mieux en fabricant des porcs aux déjections inodores et non polluantes ! … Ces cochons [transgéniques] sont devenus herbivores… Cependant les autorités taiwanaises n’ont pas encore déclarés ces porcs génétiquement modifiés propres à la consommation… » et l’auteur ajoute : « (comme quoi, ce n’est pas parce que la merde est propre que la viande l’est.) »
Il en faut, de l’humour, quand on sait les tracasseries et menaces diverses que lui apporte son action citoyenne et son courage de chercheur doté d’une conscience.

OGM Tout s’explique est un livre indispensable en cela qu’il informe et instruit sur ce que sont réellement les organismes génétiquement modifiés. L’auteur décortique les OGM, les replace dans l’espace scientifique, médical, alimentaire et dans notre quotidien. OGM Tout s’explique est bien davantage qu’un livre de vulgarisation, c’est tout à la fois un mode d’emploi, une boîte à outils et un dictionnaire. On y trouve quasiment tout ce qu’un péquin lambda tel que moi devrait savoir sur le sujet avant d’ouvrir la bouche et d’émettre un avis sur les OGM.
Au surplus, Christian Vélot ne pose jamais son mouchoir sur ses convictions. Quand il a quelque chose en travers de l’intelligence, il ne mâche pas ses mots ni ne les dilue : « Les “plantes-médicaments” ne sont donc rien d’autres que le cheval de Troie des OGM agricoles que l’on essaie de nous imposer notamment en utilisant la vitrine médicale et en jouant de la corde sensible comme on sait si bien le faire au pays du Téléthon. Les enfants atteints de mucoviscidose sont aux plantes génétiquement modifiées ce que les enfants atteints de myopathie sont au Téléthon : un outil publicitaire pour alimenter les caisses d’une usine à gaz qui, au nom de la recherche agronomique ou sur les maladies génétiques, ne sert qu’à satisfaire l’ambition malsaine d’une poignée de techno-scientifiques. »

J’ajoute que les dessins de Jef Vivant viennent à point nommé illustrer les propos du chercheur. Ils sont empreints d’un humour ravageur et toujours d’une justesse parfaite. Ils parviennent à nous arracher un sourire quand on serait près de « faire la gueule » tellement certaines informations — notamment sur les industries biotechnologiques ou les risques directement liés aux OGM — sont percutantes.
Petite note régionaliste à l’intention des habitants de la Dordogne : Jef Vivant réalise les affiches de la Foire bio de Bergerac dans lesquelles on retrouve toute sa finesse et son talent.

Dans un monde où le ministre de l’agriculture du Président Obama est l’ancien gouverneur de l’Ohio — récompensé récemment d’un prix décerné par les grandes sociétés américaines de biotechnologie (son État est le plus grand planteur OGM aux USA) —, où l’un des plus influents dirigeants de l’OMC n’est autre que l’ancien avocat d’une multinationale commercialisant des Plantes Génétiquement Modifiées (notamment du maïs transgénique), oui dans un monde comme celui-là, Christian Vélot fait figure de David… Ce qui est réconfortant, si je ne me trompe pas, c’est que David a bel et bien terrassé Goliath, non ? Ce n’est pas parce que le combat semble perdu d’avance qu’il faut renoncer à l’entreprendre. En cela aussi Christian Vélot est un précurseur et un modèle.

OGM Tout s’explique, Christian Vélot, Éd. La Goutte de Sable, 2009


***




Supplément de lecture…

Dans le même temps que le livre de Christian Vélot me tenait éveillé, je tentais une lecture impartiale de celui de Patrice de Plunkett, L’écologie de la Bible à nos jours, aux éditions de L’œuvre sociale, et sous-titré : Pour en finir avec les idées reçues.

Je suis baptisé, j’ai fait mes communions, privée et solennelle — pour faire plaisir à mes parents, je l’avoue. Seulement voilà, j’ai un défaut : je doute de l’existence d’un quelconque dieu... Défaut fort regrettable quand on lit le livre de Patrice de Plunkett.
Je ne nie pas que cet ouvrage soit « documenté », brillant et bien écrit. Toutefois et sur le principal, je ne crois pas que l’écologie puisse se diluer dans une quelconque croyance.
Patrice de Plunkett voudrait dissoudre ou faire oublier cette parole du livre de la Genèse : « Fructifiez, multipliez, emplissez la terre, conquérez-là » dans un terreau écologique originel qui serait le fait de la Bible.
L’écologie, une invention biblique ? Pourquoi pas, si cette acception tend à engendrer chez les chrétiens, ainsi que chez tous les croyants de la planète, des vocations écologiques ou, pour le moins, à éveiller les consciences.

L’auteur sait combien il sera difficile de capter des esprits bornés tel que le mien lorsqu’il prévient dans son introduction : « Ce n’est pas un livre « d’écologie chrétienne » : c’est une enquête qui regarde le judéo-christianisme du point de vue de l’écologie, et l’écologie du point de vue du judéo-christianisme. » Malheureusement, trop de paroles du Pape, trop d'herméneutique, trop d’Évangile font pencher la balance du mauvais côté, selon moi, celui du judéo-christianisme. Quand il faudrait peser de tout son poids du côté de l’urgence écologique, de la révolution environnementale telle une rédemption œcuménique de l’humanité dirigée vers un monde moins pollué, plus respectueux de la nature et favorisant davantage le lien social plutôt que les gains immédiats et les profits pour des siècles et des siècles.

En résumé, L’écologie de la Bible à nos jours de Patrice de Plunkett est un livre intelligent, une enquête menée le plus objectivement possible, qui ne réussit pourtant pas à me convaincre du rôle crucial et initial de l’église et de la Bible dans le domaine de l’écologie.
Néanmoins, la meilleure façon de se faire une opinion sur le sujet, est de lire ce livre et d’y piocher tout ce qui permettra à l’écologie de fructifier, multiplier, emplir et conquérir les consciences.


L’écologie de la Bible à nos jours. Pour en finir avec les idées reçues, Patrice de Plunkett, Éd. L’œuvre sociale, 2008



Christophe Léon
www.christophe-leon.com