Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
RECENSION LIVRE
du 9 juin 2010




Présentation de l'éditeur :

Nous privons de plus en plus nos enfants de la nature, du dehors, les acheminant peu à peu vers une éducation ‘‘hors-sol’’. Et ceci au nom de la sécurité, de l’hygiène, de la norme, du risque zéro, et sous le prétexte fallacieux que, par écrans interposés, la vie, le réel arrivent désormais sans risques jusqu’au cœur de douillettes petites cages dorées où nous les gardons à l’abri. Or le monde n’est pas réductible aux murs de la chambre ou de la classe, ni à des images virtuelles, les plus perfectionnées soient-elles.
C’est dehors, dans le jardin, les prés et les bois, le bord de mer ou la montagne, dans ce contact plein avec le réel que l’enfant construit une part considérable de son rapport à son corps, à ses sens, à son intelligence, à la vie et aux autres. C’est ainsi qu’il développe au mieux la totalité de son être.
Riche d’enseignements et de réflexions, POUR UNE ÉDUCATION BUISSONNIÈRE est aussi une vigoureuse exhortation au développement de l’éducation nature pour que chaque enfant puisse s’épanouir en tant qu’être vivant sur notre planète, et aille vers une humanité plus solidaire et respectueuse des ressources limitées et de la beauté du monde.

Tout jeune, LOUIS ESPINASSOUS a eu la vocation d’éducateur nature. Quarante ans plus tard, infatigable, il assume cette vocation à laquelle s’ajoutent celles d’accompagnateur en montagne, de pisteur d’ours, d’incorrigible dormeur à la belle étoile, de conteur et d’écrivain. Toujours avec la même jubilation, il emmène enfants, adolescents, adultes, publics handicapés ou difficiles dans des séjours, des classes découvertes, des stages de formation au cœur des Pyrénées, dans cette vallée d’Ossau où il a pris racine depuis plus de trente ans.


Pour une éducation buissionnère, de Louis Espinassous, éd. Hesse

Pour en savoir plus :

Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.