Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
CHRONIQUE DVD
du 17 mars 2010





Le profit immédiat. La rapacité. L’égoïsme. La marchandisation du monde. L’économisme. Le scientisme. Autant de mots et de modèles mis en action par une minorité contre tous et contre la Planète, qui ont engendré des catastrophes humaines et écologiques. Autant d’images fortes que le documentaire de Virginie Linhart et de Alice Le Roy, Écologie : ces catastrophes qui changèrent le monde, paru aux éditions Montparnasse, nous donnent à (re)voir, non sans un pincement au cœur et des bouffées de rage difficilement contenue.
Des catastrophes pas si naturelles que ça, puisque la plus grande majorité est le fait de l’activité des hommes, de leur âpreté au gain et de leur conversion à un capitalisme destructeur et mortifère.

Écologie : ces catastrophes qui changèrent le monde met en exergue les événements qui portèrent l’écologie sur le devant de la scène.
À commencer par la tragédie, assez peu connue, du smog londonien en 1952 qui provoqua la mort de 12 000 personnes. L’Angleterre grande productrice de charbon avait décidé d’exporter sa meilleure production. Résultat : durant l’hiver 1952, les Londoniens se chauffèrent avec un charbon de mauvaise qualité qui dégagea des fumées toxiques et recouvrit la ville d’un épais brouillard jaunâtre.
En 1956, au Japon, les eaux côtières de la baie de Minamata sont empoisonnées au mercure par l’entreprise Chisso. L’État et l’entreprise pollueuse conjuguent leurs efforts pour… taire cette contamination mortelle. Résultat : 1 500 morts et plus de 10 000 personnes atteintes à des degrés divers. Ici encore, le développement industriel et les profits immédiats ne pouvaient souffrir une mise en cause et les responsables reconnaître leurs torts. Il faudra des dizaines d’années aux victimes pour faire condamner la société Chisso en justice.
Dès 1962, aux Etats-Unis, la pollution due à l’usage intensif et abusif du DDT atteint les campagnes, puis les villes. Des « savants » et des « experts » ( à la solde des grands groupes chimiques) assurent que le DDT est une panacée universelle. Pesticide, le DDT est pulvérisé partout, y compris sur les gens, jeunes et vieux. On baigne dans le DDT. Les baby-boomers de l’époque crawlent dans ce « merdicide » et s’en nourrissent. Il faudra l’intervention d’une biologiste, Rachel Carson, qui dénoncera la toxicité du DDT dans son livre « Printemps silencieux », pour que les autorités prennent enfin des mesures conservatrices.
Torey Canyon, Amoco-Casiz, Erika, autant de drames de la mer, autant de pollution par les hydrocarbures, autant de responsabilités sur les épaules des grandes firmes pétrolières. Au 20e siècle, nous avons brûlé pratiquement 50% des réserves que la Nature avait mis des millions d’années à fabriquer. Combien en avons-nous dispersé volontairement et involontairement dans les océans, les mers, sur la Terre et dans l’atmosphère ? L’industrie du pétrole et celle de la bagnole seront-elles un jour reconnues parmi les plus grands pollueurs de la Planète ?
Advient Tchernobyl et le nucléaire civil devient en l’espace de quelques minutes un meurtrier à l’échelle d’un continent. Des centaines de milliers d’Européens irradiés, des terres sinistrées, des enfants, des femmes et des hommes atteints dans leur chair par l’atome. Sommes-nous prêts à accepter d’autres Tchernobyl pour de l’électricité ?

Écologie : ces catastrophes qui changèrent le monde est un documentaire mémoire.
Un nombre conséquent d’intervenants  (dont plusieurs Prix Nobel de la Paix et, entre autres, Corinne Lepage, Nicolas Hulot, Michèle Rivasi, Nicolas Stern…) ponctuent le cours des images en témoignant de leur expérience et de leur combat au quotidien. Ni voyeurisme, ni catastrophisme de la part des auteurs : « Ce film est une fresque didactique, un outil qui permettra de donner du contenu à une notion — l’écologie — que l’on manie sans trop savoir d’où elle vient et ce qui se cache derrière. (Virginie Linhart) »

À noter dans les compléments de Écologie : ces catastrophes qui changèrent le monde, un documentaire de 52’, Tchernobyl, la vie contaminée, vivre avec Tchernobyl, de David Desramé &Dominique Maestralli.
N’oublions pas que la France est le leader mondial de la prolifération et qu’au-delà des risques liés à l’exploitation de l’énergie nucléaire « cette technologie est totalement inadaptée pour répondre aux grands enjeux énergétiques et environnementaux actuels, notamment l’épuisement des ressources et le changement climatique. (Réseaux Sortir du nucléaire,

Pour finir, le cri du cœur de Wangari Maathai, Prix Nobel de la Paix en 2004 : « Hé, ça brûle ! Réveillez-vous, faites quelque chose ! »



Écologie : ces catastrophes qui changèrent le monde, de Virginie Linhart & Alice Le Roy, DVD col. « Engagée », éd. Montparnasse

Pour en savoir plus :

Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.