Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
LA CHRONIQUE REVUE
du 1er février 2010




La Revue Durable est un bimestriel, imprimé comme il se doit sur papier 100 % recyclé et blanchi sans chlore. Précisions peut-être superflues pour une revue dont le sujet est l’écologie, mais dont feraient bien de s’inspirer toutes les revues, écolos ou pas. Ce sont des gestes comme ceux-ci qui diminuent globalement notre empreinte écologique et amoindrissent notre pression sur la Planète. Des « petits riens » qui pourraient préserver le « bonheur » futur des générations à venir.
Justement, le dossier du numéro 36 de décembre 2009 – janvier 2010 de La Revue Durable s’intitule : Vivre heureux dans les limites écologiques. Il semblerait que ces derniers temps on s’intéresse beaucoup au bonheur et au bien-être des Terriens. : « Une conception beaucoup plus… riche de la prospérité et des déterminants du bonheur compatible avec les limites de la biosphère est en pleine émergence. Les temps sont mûrs pour en tirer les conséquences en termes de mesures de la richesse et du progrès afin d’orienter les politiques publiques vers l’objectif global de la durabilité. Une durabilité heureuse. »
Comment mesurer l’état d’une société en termes de « bonheur », tant il est vrai que l’opulence, la surconsommation et l’argent ne garantissent en rien le bonheur individuel et collectif. Sinon, comment interpréter le fait que nous absorbions quantité d’antidépresseurs et que le stress conduisent à des suicides de plus en plus fréquents ?
Les économistes s’appuient depuis des années sur le PIB (Produit Intérieur Brut) pour quantifier notre état de santé. Ils y associent la croissance comme moteur de celui-ci. En résumé, pour être heureux : croissez. Slogan politique et économique qui nous a conduit à consommer plusieurs fois notre Planète en pillant ses ressources naturelles. Et sommes-nous plus heureux ?
D’autres indicateurs commencent à voir le jour en remplacement du PIB : « … l’indice de développement humain (IDH), qui combine trois variables : l’espérance de vie, le niveau de scolarité et le revenu par habitant » en est un exemple. Un autre, le HPI (Happy Planet Index) mis au point par le Centre pour le bien-être basé à Londres dont les scores mesurés dans 140 pays sont complètement déconnectés du PIB…
Dans ce remarquable dossier de La Revue Durable une partie du rapport de Tim Jackson, « Prospérité sans croissance ? » a été traduit. En exergue : « La croissance économique est supposée engendrer la prospérité. Mais elle mène à une impasse : désormais extrêmement inégalitaire, elle détruit la planète. » Tim Jackson propose 12 étapes vers une économie durable, construite sur trois axes principaux : Construire une macroéconomie durable ; Protéger les capacités pour s’épanouir ; Respecter les limites écologiques.
Il est effectivement grand temps de se donner les moyens de vivre heureux et d’accéder à un bonheur durable. Comme il est urgent de changer de modèle de société. Le progrès n’a d’intérêt que s’il rend heureux et améliore la qualité matérielle et immatérielle de nos existences. Nous n’avons plus le choix, ce progrès doit être durable et respecter notre Planète. Posséder un peu chacun et être tous heureux, plutôt que posséder beaucoup à quelques-uns et être tous malheureux. Ce n’est plus une utopie mais une exigence… naturelle.
On le comprend, le modèle capitaliste n’a plus d’avenir. Il n’est plus question de le réformer, mais bien davantage d’en changer. Un monde capitaliste est un monde voué à la disparition. Il est urgent de préserver plus pour vivre plus.

À noter aussi la rencontre avec le philosophe Olivier Abel dont L’Écologithèque a publié le 18 janvier 2010 une interview (), ainsi qu’une chronique sur le livre auquel il a collaboré, Éthique et changement climatique (). Olivier Abel y fait encore preuve d’une grande lucidité et d’une rare capacité d’analyse.

La Revue Durable interroge, explore, informe et s’engage pour un monde plus respectueux, plus écologique et plus solidaire. Une revue à lire, assurément.


La Revue Durable, revue bimestrielle, éd. Cerin

Pour en savoir plus :





Christophe Léon

www.christophe-leon.fr


Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.