Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
RECENSION LIVRE
du 8 juillet 2010




Présentation de l'éditeur :


Avec pour devise « Nous n'avons le droit ni de fatiguer ni de renoncer », Wangari Maathai démontre que des gestes simples suffisent à engendrer des bouleversements profonds. Elle est une adepte avant la lettre du « Yes, we can ». Activiste environnementale et militante pour la démocratie, Wangari Maathai, offre une perspective lumineuse sur le défi que doit aujourd'hui relever l'Afrique. Elle étudie la nature complexe du continent et offre « un espoir concret » et « des choix réalistes ».
Face à la pauvreté, à la famine liée à la déforestation, le Prix Nobel prône de semer des arbres autant que des idées. Elle exhorte la population, culturellement déracinée, à la dérive entre les mondes, à entreprendre une révolution morale, pour accéder à la croissance. Elle analyse au niveau international, national et individuel le goulet d'étranglement du développement en Afrique. Elle multiplie les appels à l'action en direction des États, qu'elle incite à s'unir, pour prendre leurs responsabilités.


Née en 1940, au nord du Kenya, d’une famille de paysans, Wangari Maathai devient, en 1964, la première femme d'Afrique de l'Est à obtenir un baccalauréat en biologie. Grâce à des bourses, elle poursuit ses études aux États-Unis et en Allemagne. Biologiste, zoologue, enseignante, militante des droits de l’homme et pour la démocratie, elle fonde en 1977 le Green Belt Movement (Mouvement de la Ceinture verte), qui a planté depuis quelque 30 millions d’arbres, en s’appuyant sur des réseaux de femmes. En 2002, elle est élue député du premier Parlement démocratique kenyan ; en 2003 elle est nommée secrétaire d’État à l’Environnement. En 2004,  elle est la première femme à recevoir le prix Nobel de la Paix pour sa « contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix ».
En 2006, elle a été décorée Chevalier de la légion d’honneur. Elle est aujourd’hui ambassadrice itinérante de la forêt du Congo.


Un défi pour l'Afrique, Wangari Maathai, essai traduit de l'anglais (Kenya) par Isabelle Taudière, éd. Héloïse d'Ormesson
 

Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com