L'Écologithèque

TOUS LES ÉDITEURS & AUTEURS CHRONIQUÉS

TOUTES LES INTERVIEWS

 

CHRONIQUE du 16 mars 2011








L'écologithèque.com  a pour vocation de rendre visible au plus grand nombre et de chroniquer les livres, les films documentaires (DVD), les BD & les revues à caractère environnemental, écologique, mais aussi social. Les chroniques sont animées par l'écrivain Christophe Léon. Vous pouvez si vous le souhaitez commenter les chroniques par mail à commentaires@ecologitheque.com. Les commentaires, après modération, seront insérés à la suite des chroniques concernées.





« Il faut donc d’abord décoloniser nos esprits de l’économie de la mine infinie et de la poubelle jamais pleine, de l’inflation qui annulera la dette et de la consommation comme moyen et but unique d’une politique de bien-être. »
Et Hervé Morel — l’auteur de La France surendettée ? sous-titré Une réponse écologiste, aux éditions Les Petits matins — de proposer une stratégie écologiste de réduction de la dette, autour de quatre axes qu’il définit comme étant « l’économie circulaire », « la dynamique vertueuse des services de proximité », celle du 
« vivre ensemble » et enfin « le choix des investissements verts ».
Mais avant d’en arriver à ces propositions dans la cinquième partie de son essai, Hervé Morel prend le temps d’expliquer et de démonter les machines à fabriquer du déficit public. Quatre chapitres où l’extrême complexité technique de la finance, et plus particulièrement de la dette, est abordée d’une manière originale.

La phynance, comme la nommait Alfred Jarry, est une pompe compliquée. L’actionner n’est pas à la portée de tout le monde. Raison pour laquelle le citoyen a tendance à la laisser entre les mains d’experts mandatés, s’en désintéressant essentiellement parce qu’il n’y comprend rien — moi y compris.
L’essai La France surendettée ? a ceci de remarquable qu’il nous permet d’entrer dans ce pré carré pour énarques et économistes sur-diplômés sans nous en dégoûter — mieux, en nous passionnant. Des sujets aussi « funs » que les Roce, spread and bêta, le grand J de la vulgate keynésienne, les Assol et Apul et autres joyeusetés économico-financières n’auront plus de secret pour le lecteur. Au passage Pierrette et le pot au lait servira de médium pour nous faire comprendre que la finance c’est du risque.
Bref, la phynance « traduite » de cette façon dévoile des charmes qu’un lecteur lambda tel que moi ne lui connaissait pas.
La dette publique ainsi abordée n’est plus ce gouffre insondable que nous contemplons du haut de nos impôts ou, pour les plus chanceux et souvent les plus riches, de nos niches fiscales (des cadeaux gouvernementaux faits aux foyers aisés dans l’espoir d’un ruissellement hypothétique des richesses) — grottes douillettes d’Ali Baba pour bobos friqués.
Hervé Morel, professeur affilié à HEC, a un don, celui du pédagogue. Il est capable non seulement d’expliquer, de montrer mais aussi d’intéresser.

Dans les quatre parties précédant le chapitre de la stratégie écologiste (qui à lui seul vaut qu’on lise ce livre), l’auteur assoit son analyse et développe les prémices de sa politique économique de lutte contre le surendettement public. Pimentant çà et là sa démonstration d’idées et de solutions « radicales » telles que : « Prenons le temps d’imaginer que les cotisations sociales ne soient pas un pourcentage des salaires mais proportionnelles aux kilomètres parcourus par les camions qui apportent les matières premières ou livrent les produits finis. » Lumineux. J'en connais qui vont piquer une colère… Et de continuer : « Cela ferait un monde où il y aurait moins de zigzag de marchandises et plus de service de proximité, un monde où il y aurait moins de biens et plus de liens. » J'applaudis.
La France surendettée ? est une pépite. Non seulement le lecteur comprend, digère et réfléchit, mais il dispose des « armes » utiles pour ré-agir et adapter son comportement face au problème de la dette. Par exemple, user de son pouvoir d’achat et de son épargne comme des moyens de pression : « Nous avons l’habitude d’utiliser notre bulletin de vote pour influer sur la société. Depuis quelques décennies, nous considérons que nos achats peuvent avoir un poids et faire de nous des consom’acteurs. Une étape nouvelle est devant nous : faire de notre épargne un levier d’action. »

J’ai pris la mauvaise habitude de corner les pages intéressantes d’un livre et d’encadrer au crayon les phrases et les paragraphes qui me semblent les plus pertinents. Pour ce qui concerne le chapitre 5 de La France surendettée ?, intitulé Une stratégie écologiste, pratiquement pas une page n’échappe à ce traitement. Cette partie est d’une telle intelligence de vue, d’une telle force de proposition et d’une telle lucidité que je ne peux qu’espérer qu’elle trouve un écho chez nos futurs gouvernants (pour les actuels…).
Hervé Morel voit juste. La dette publique peut et doit être endiguée. Certainement pas en faisant des cadeaux fiscaux aux plus riches comme c’est le cas actuellement. Les solutions apportées doivent être passées au crible de l’écologie. Notamment parce que la stratégie écologiste prend en compte tous les facteurs — économiques, sociaux et environnementaux.
L’écologie ne se cantonne pas seulement, comme l’aimeraient certains, à l’observation de petits zoziaux dans la verte prairie. L’écologie est une conception équilibrée et durable du monde et de la société.
La réponse écologiste à la dette publique, telle que la présente Hervé Morel, est non seulement envisageable mais souhaitable — et c’est assurément une réponse démocratique.

La France surendettée ? est le livre qu'il faut lire pour enfin comprendre ce qu'est la réalité de la dette publique en France, et comment les propositions écologistes dans ce domaine apportent non seulement des réponses techniques mais surtout respectueuses de la Planète et de ses habitants.


La France surendettée ? Une réponse écologique
, d’Hervé Morel, éd. Les Petits matins


Pour en savoir plus :


Christophe Léon
www.christophe-leon.fr




Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.



Le site de Christophe Léon, animateur de L'Écologithèque

Proposer une chronique, une note de lecture ou une recension

DES LIENS POUR AGIR