Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
CHRONIQUE LIVRE
du 3 mars 2010



« Où la science va-t-elle nous conduire, si on laisse sans contrôle les agents de l’économie de marché capitaliste profiter des progrès de la science accumulés exponentiellement ? »
Jean-Pierre Morichaud sait de quoi il parle. Ancien chercheur en physico-chimie et ingénieur en industrie électromécanique, cet « ancien » s’est frotté au cours de sa vie professionnelle aux progrès technologiques du 20e siècle. Devenu un fervent militant de l’écologie et un pugnace adversaire du nucléaire et des dégâts (visibles et invisibles) qu’il occasionne, l’auteur n’a de cesse de dénoncer la dérive atomique que prend notre pays.
Avec Itinéraire d’un militant écologiste, sous-titré Pour la vie sur la planète, paru dans la collection Enjeux et société chez Marie Delarbre Éditions, Jean-Pierre Morichaud nous livre un témoignage citoyen sur son expérience militante. Une activité de fourmi, un combat de tous les jours, banal, sans caméras, sans flonflons, mais tellement nécessaire et accompli par beaucoup de femmes et d’hommes convaincus que l’humanité n’a pas pris le bon chemin et que la Planète en souffre. Humilité et ténacité sont les deux caractères prédominants de ces « résistants » de l’ombre qui, loin des médias, oeuvrent pour une cause (un terme tant dévalué actuellement) universelle, celle de la préservation de notre Terre et de sa biodiversité : « … la sauvegarde du vivant dans son ensemble me semble être une condition nécessaire à celle de l’humanité. »

 « Aussi longtemps que le niveau de notre économie sera mesuré par le Produit Intérieur Brut des nations, notre société sera productiviste et le coût de la résorption ou de l’évitement des déchets ne sera pas comptabilisé. »
Toujours ce PIB que beaucoup d’économistes commencent à remettre en question. Et Jean-Pierre Morichaud de s'alarmer de la carence des gouvernements qui s’inquiètent (hypocritement ?) à grand bruit des catastrophes écologiques et environnementales, sans réussirent à se mettre d’accord sur la prévention et les mesures à entreprendre pour que notre empreinte écologique cesse de peser sur une Planète bientôt exsangue. Combien de sommets internationaux,, combien de Grenelle ? Et quels changements majeurs dans le comportement des pays riches les plus pollueurs ?

Itinéraire d’un militant écologiste n’est pas le livre d’un homme qui veut se mettre en avant. C’est un ouvrage simple, direct et qui ne cherche pas à en remontrer. La militance de Jean-Pierre Morichaud n’est pas de façade ; elle s’ancre dans un mode de vie et de pensée qui ont construit l’homme qu’il est devenu.
« Le militant associatif et politique que je suis a acquis la conviction que le mouvement doit partir de la base ; de chacun de nous dans notre comportement quotidien… » La valeur de l’exemple, c’est en quelque mot ce que propose l’auteur. Le « faites ce que je dis pas ce que je fais » trop souvent à l’honneur dans les comportements tant individuels que collectifs doit être contrebalancé par ce qu’on appelle (souvent péjorativement) des petits gestes. Qu’ils soient quotidiens (diminuer sa consommation d’eau, consommer local, équitable et plutôt bio…) ou plus politique (milité en faveur de l’écologie, combattre le nucléaire, œuvrer dans des associations…), les petits gestes de chacun ont une  réelle valeur à plus grande échelle. C’est aussi le « plus de liens moins de biens » des objecteurs de croissance.

Itinéraire d’un militant écologiste n’aura certes pas la carrière d’un best-seller, mais le lecteur curieux y trouvera çà et là quelques lignes de fuite, quelques raisons d’espérer et, qui sait, de s’engager.



Itinéraire d’un militant écologiste, de Jean-Pierre Morichaud, col. Enjeux et société, Marie Delarbre éditions

Pour en savoir plus :

Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.