Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
CHRONIQUE LIVRE
du 17 mars 2010




« L’action à engager face au risque climatique correspond à une prime d’assurance que la génération présente doit payer aujourd’hui pour prévenir des dégâts irréparables menaçant les générations qui vont lui succéder. »
Cette comparaison avec une prime d’assurance à payer dès maintenant pour garantir les générations futures renvoie directement à la notion de précaution qui, elle-même, renvoie à celle de prévention. Ne pas faire aujourd’hui l’effort, financier et culturel, de se préparer au changement climatique à venir serait hypothéquer l’avenir de l’humanité. Combien coûtera en 2100 un euro dépensé en 2010 — pour combattre par exemple les émissions de gaz à effet de serre — si  nous ne faisons rien ? On peut considérer que l’investissement d’aujourd’hui sera amorti au centuple dans les décennies à venir.
Le Changement climatique, de Christian de Perthuis & Anaïs Delbosc, dans la collection Idées reçues des éditions Le Cavalier Bleu, s’attache à faire le tri des idées reçues, d’en extraire celles qui contribuent utilement à la recherche de solutions et au combat contre le changement climatique et ses conséquences environnementales et humaines.

«  Il ne faudrait pas que les négationnistes du changement climatique retardent la mise en place d’actions correctrices qui vont par ailleurs heurter le poids des habitudes et de multiples avantages ou intérêts acquis. »
L’incertitude existe dès qu’il s’agit de prévoir à long terme les conséquences du dérèglement climatique. Il y aura toujours des spécialistes, des politologues et des commentateurs pour protester de catastrophismes. Mais il est indiscutable que nos rejets de gaz à effet de serre participent à l’emballement de la machine climatique. Ce seul fait suffirait à justifier les mesures que propose, dans sa grande majorité, la communauté scientifique afin d’anticiper et de prévenir les modifications climatiques. « Sous plusieurs angles, l’incertitude peut-être considérée comme un paramètre devant pousser à l’action immédiate. »
Dans Le Changement climatique, les auteurs ne se contentent pas de donner des chiffres et d’expliquer en quoi le changement climatique est un risque majeur. Ils invitent tout au long des chapitres à considérer certaines voies possibles par rapport à d’autres, à démêler parmi les idées reçues ce qui peut être une solution de ce qui n’en est pas une. Quotas, Protocole de Kyoto, taxe carbone, compétitivité économique… sans être exhaustifs, les thèmes qui sont abordés dans ce livre et l’éclairage qui leur est donné contribuent à nous aider à mieux comprendre les enjeux du changement climatique.
Parfois ardue, essentiellement en ce qui concerne la partie «économie», la lecture de cet ouvrage reste néanmoins à la portée de tous.

« Prendre une voie de développement moins dispendieuse en ressources naturelles ne serait donc pas un chemin de croix. Ce serait au contraire saisir la possibilité d’améliorer notre bien-être grâce à des modes de consommation et de production éliminant le superflu et l’ostentatoire et renouant avec des formes nouvelles de relations sociales », tant il est évident que la lutte contre le réchauffement climatique est aussi un combat contre une société productiviste et capitaliste. Si les riches détruisent la Planète — et il n’y a aucun doute sur ce point —, une certaine forme de décroissance ne doit pas signifier un retour à ce que certains appellent « l’âge des cavernes ». Une décroissance souhaitable et soutenable ne nous conduira pas mille en ans en arrière. Au contraire, elle rétablira du lien social dans nos rapports, elle permettra l’émergence d’une nouvelle forme d’empathie et de commensalité. Consommer moins est un acte politique et environnemental.
« L’énergie la moins émettrice est celle que nous ne consommons pas. »

Le Changement climatique est une boîte à outils, tant à l’usage individuel que collectif. Le lecteur y trouvera le nécessaire pour concevoir et envisager des formes d’actions contre le changement climatique qui, ses prochaines décennies, sera la préoccupation majeure de l’humanité. Mais ce bouleversement à venir est aussi une chance à saisir pour ceux qui veulent d’une autre société — d’une société plus humaine et nettement moins marchande.


Le Changement climatique, de Christian de Perthuis & Anaïs Delbosc, col. Idées reçues,  éd. Le Cavalier Bleu

Pour en savoir plus :

Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.