Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
CHRONIQUE LIVRE
du 15 décembre 2010






« Un dessin comme un mot d’esprit permet de dire l’indicible, d’ouvrir l’imaginaire. […] L’heure est venue de coupler nos grands mots-obus ( l’antiproductivisme, l’anticonsumérisme, l’anticapitalisme, l’objection de croissance) avec des mots chantiers : la relocalisation contre le mondialisme, le ralentissement contre le culte de la vitesse, la coopération contre l’esprit de concurrence, le choix d’une vie simple contre le mythe de l’abondance, le partage contre l’appropriation, la gratuité contre la marchandisation du monde et de la vie, etc. Ces dessins animent nos combats d’une force nouvelle. […] Ils nous font davantage humain dans un monde toujours plus inhumain. »
Il serait difficile de
mieux présenter Fragile – 52 dessins pour l’écologie, par Red ! — paru en coédition aux éditions Le passager clandestin & Agir pour l’Environnement — que le fait dans sa préface Paul Ariès.
Comment expliquer, détailler ou simplement commenter ces 52 dessins tellement ils parlent à notre imaginaire, à notre conscience et à notre cœur ? Ce serait les réduire, et seul le regard du lecteur, du citoyen, voire du militant, doit « lire » ces dessins à leurs différents niveaux de compréhension.

Les dessins de Red ! sont tout à la fois d’actualité et intemporels. Ils décrivent, dénoncent, stigmatisent et surtout amènent à une prise de conscience d’un seul clin d’œil, sans mots grandiloquents, sans le filtre de la langue qui parfois emmêle ou adoucit les sens.
Fragile – 52 dessins pour l’écologie est avant tout un constat urticant de l’état de notre Planète, de notre responsabilité, du double jeu de beaucoup de nos femmes et hommes politiques. Red ! appuie là où ça fait mal à la Planète. Copenhague, BP, OGM, nucléaire, etc. — tout y est passé en revue en seulement 52 dessins, au trait acéré et d’un humour ravageur.
« L’urgence écologique mérite mieux que gesticulation et engagements virtuels. […] Face aux crises climatiques, énergétiques et à la dégradation irréversible des écosystèmes, il n’y a plus de place pour les bonimenteurs » écrit Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’Environnement, également préfacier de Fragile – 52 dessins pour l’écologie.
La Planète est fragile et la société capitaliste productiviste — avec son désir du « toujours plus », de la possession absolue, de la croissance absurde et de l’exploitation dévastatrice des ressources humaines et naturelles — nous entraîne un plus chaque jour vers un pillage irréversible de la biodiversité, ainsi que vers un monde invivable que les adultes d’aujourd’hui laisseront à leurs enfants de demain.

Fragile – 52 dessins pour l’écologie
est certainement une goutte d’eau dans la prise de conscience en cours. Mais cette goutte-là est indispensable. Elle est ce qui différencie la société de marchandisation et de globalisation de la société du partage et de la responsabilité environnementale. Red ! nous éveille, nous amuse, nous offre l’occasion de réagir.

Avec Fragile – 52 dessins pour l’écologie les éditions Le passager clandestin ont encore publié juste.
À conseiller à tous ceux dont le temps de cerveau disponible n’est pas cannibalisé par la propagande publicitaire intrusive ou qui tout naturellement ont envie d’un autre monde pour eux et pour les générations à venir.



Fragile – 52 dessins pour l’écologie, de Red !, co-édité par les éd.. Le passager clandestin & Agir pour l’Environnement

Pour en savoir plus : &  
Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.