L'Écologithèque

TOUS LES ÉDITEURS & AUTEURS CHRONIQUÉS

TOUTES LES INTERVIEWS

 

Chronique décembre 2011













« S'engager dans une époque obscure, ce n'est pas réaliser un programme, mais chercher, en situation et selon des voies multiples voire contradictoires, dans tous les cas conflictuelles, comment dépasser ce mythe de l'individu qui nous plonge dans l'impuissance et nous soumet à l'utilitarisme de la postmodernité. »
Ainsi peut se définir, selon Michel Benasayag et Angélique Del Rey — les auteurs de De l'engagement dans une période obscure, paru aux éditions Le passager clandestin —, la notion d'engagement.
Un engagement pour lequel il convient de dépasser « l'individu » devenu un mythe. Une croyance qui nous fait croire que celui-ci est le sujet de l'agir, le carrefour tout autant que le moteur de l'action, entraînant dans son sillage ce que les auteurs nomment une époque obscure.

« Légué par la “fin des idéologies”, le problème de l'engagement pourrait être formulé de la manière suivante : comment comprendre et agir sur le monde sans cette sacralisation du social qui caractérisa et caractérise encore l'époque de l'homme ? »
Les meilleures choses se méritent. Le livre de Michel Benasayag et de Angélique Del Rey en est une. Il demande au lecteur une attention de tous les instants. Lire De l'engagement dans une période obscure n'est pas aisé, dans le sens où le texte manipule idées et concepts parfois difficiles à saisir d'un premier abord. Il faut y revenir, approfondir et ce donner le temps. Heureusement, le découpage en chapitres courts incite à la relecture, ainsi qu’à une méditation sur l'engagement, ses lieux, ses raisons et ses moyens.

Pour les auteurs, il s'agit d'en venir à un engagement-recherche. Un engagement qui prend en compte le monde tel qu'il est, telle qu'est sa complexité. L'engagement-recherche est libéré de la croyance d'un monde à venir, de lendemains qui chantent. Sa motivation il la trouve dans l'ici et le maintenant. Il est aussi lié au modèle qu'il s'est choisi, la complexité du monde et sa compréhension.
« La légitimité de l'engagement n'a pas besoin de prophètes, bénissant l'aujourd'hui au nom du demain. Les asymétries de chaque situation sont à repérer dans des actions et des enquêtes dans lesquelles personne ne promet rien à personne ; et aussi désirable que spit le dépassement des injustices actuelles, les situations futures entraîneront sans doute de nouvelles injustices. Permanence de la lutte ? Certes, mais au même titre que la permanence de la vie... »

Dans leur engagement-recherche, les auteurs font preuve d'un désir vital. Un appétit qui fait leur force et convainc peu à peu le lecteur que leur « combat » n'est pas un engagement transcendant mais au bien contraire un engagement immanent qui ne promet rien mais qui cherche à répondre aux défis du monde et de l'époque.
« L'engagement dans une époque obscure ne peux se faire qu'à ce prix : renoncer à la volonté de transparence et de cohérence qui a fondé le grand processus de la modernité occidentale. Au nom d'une rationalité plus complexe, et parce que telle est la condition de la reterritorialisation de nos modes de pensée et d'agir. »

De l'engagement dans une période obscure, est un livre complexe et structurant.


De l'engagement dans une période obscure, de Michel Benasayag et Angélique Del Rey, éd. Le passager clandestin

Pour en savoir plus :



Christophe Léon
www.christophe-leon.fr




Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.



Le site de Christophe Léon, animateur de L'Écologithèque

Proposer une chronique, une note de lecture ou une recension

DES LIENS POUR AGIR