L'Écologithèque

TOUS LES ÉDITEURS & AUTEURS CHRONIQUÉS

TOUTES LES INTERVIEWS

  

CHRONIQUE du 9 février 2011








L'écologithèque.com  a pour vocation de rendre visible au plus grand nombre et de chroniquer les livres, les films documentaires (DVD), les BD & les revues à caractère environnemental, écologique, mais aussi social. Les chroniques sont animées par l'écrivain Christophe Léon. Vous pouvez si vous le souhaitez commenter les chroniques par mail à commentaires@ecologitheque.com. Les commentaires, après modération, seront insérés à la suite des chroniques concernées.




« Aujourd’hui, la globalisation des risques courus et les capacités inédites de la technoscience pour transformer le monde font qu’il est urgent de recourir à des procédures pour gérer démocratiquement aussi les activités de recherche en amont que leurs conséquences en aval. »
Labo Planète ou comment 3030 se prépare sans les citoyens, de Jacques Testart, Agnès Sinaï & Catherine Bourgain, paru aux éditions Mille et une nuits dans la collection Essai,  est le résultat des réflexions et des débats organisés par la Fondation Sciences citoyennes.
Les auteurs de l’ouvrage s’attachent à un difficile exercice qui consiste à délimiter les contours d’une recherche scientifique trop souvent devenue sous l’emprise du système capitaliste productiviste un pré carré, dont les brevets sont à la fois les sésames et les coffres-forts d’entreprises commerciales juteuses rapportant gros à une minorité au détriment d’une majorité de citoyens.
Ce livre propose « [d’]inventer de nouvelles pratiques démocratiques pour que les citoyens puissent décider souverainement de leur mode de vie et garantir les conditions pour produire des innovations qui avantagent le plus grand nombre, avec un moindre risque supplémentaire pour l’environnement et dans une perspective de bien-être universel… » — un programme tout autant nécessaire que vital pour l’Humanité et la Planète.

Les dangers d’une technoscience sans contrôle sont chaque jour mis en évidence, aussi bien pour ce qui concerne les nanotechnologies, le nucléaire, le pétrole que pour de nombreuses recherches dans le domaine du vivant.
Nous sommes entrés dans l’âge de l’anthropocène, une ère où les activités humaines modifient les conditions de vie sur la Planète et influent dangereusement sur les écosystèmes.
Les auteurs de Labo Planète ou comment 3030 se prépare sans les citoyens parlent d’un l’homme comme d’un homo sapiens-demens qui puise sans relâche dans les ressources naturelles, allant jusqu’à provoquer un bouleversement climatique sans précédent.
Ils suggèrent à juste titre d’encadrer politiquement cet homo sapiens-demens — « une politique de civilisation » sa « tentation du vertige, […] sa propension à la démesure et à la destruction. »
L’ « anthropolitique modérerait l’usage du monde […] Elle relativiserait sa position au sein de la nature. Elle l’inciterait à regagner de l’autonomie vis-à-vis des techniques issues de la thermo-industrie, dont il est devenu maître autant qu’esclave. » Parce qu’il s’agit bien de réguler l’usage que nous faisons de ce monde, unique et irremplaçable, et de redéfinir notre rapport à la science et à ses objectifs.


Les auteurs nous montrent comment la science et la recherche sont mis à profit dans le cadre d’une société de marchés. Comment depuis des décennies, la recherche est liée aux intérêts particuliers et comment il faudrait se réapproprier cette science devenue une valeur marchande comme une autre.
Défis énergétiques, savoirs collectifs (citoyens/chercheurs), éthique, brevets, innovation, démocratie, pluralité, biodiversité, décroissance, ainsi que de nombreux autres sujets sont tarités dans Labo Planète ou comment 3030 se prépare sans les citoyens.
Un livre sans langue de bois, qui met en perspective le devoir de chacun d’user de sa voix pour influer sur le cours d’une science que les tecnoscientistes voudraient aux ordres.
La société matérialiste n’est pas un paradigme insurpassable. Bien au contraire, il convient de « réenchanter » la vie. La science, à cette condition, peut être une chance pour l’humanité et la Planète. « Les peuples qui ne se préoccupent pas d’efficacité peuvent avoir d’autres désirs en maniant des outils qui ne procèdent pas de cette “rationalité des fins” que nous avons inventée. Quand le président français méprise les Africains en assénant : “L’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire !”, il n’imagine pas qu’il existe d’autres histoires possibles où croissance et productivisme sont des notions exotiques ! »

Labo Planète ou comment 3030 se prépare sans les citoyens exprime et illustre les dangers qu’il y aurait à laisser la science et ses développements entre les mains de quelques spécialistes simplement assujettis à des obligations de profits et de puissance.
À lire pour comprendre et (ré)agir.


Labo Planète ou comment 2030 se prépare sans les citoyens, de Jacques Testart, Agnès Sinaï, Catherine Bourgain, coll. Essai, éd. Mille et une nuits

Pour en savoir plus : &



Christophe Léon
www.christophe-leon.fr




Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.



Le site de Christophe Léon, animateur de L'Écologithèque

Proposer une chronique, une note de lecture ou une recension

DES LIENS POUR AGIR