Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
LA CHRONIQUE LIVRE
du 15 février 2010




« L’île où ils s’installaient, Sukkwan Island, s’étirait sur plusieurs kilomètres derrière eux, mais c’étaient des kilomètres d’épaisse forêt vierge, sans route ni sentier, où fougères, sapins, épicéa, cèdres, champignons, fleurs des champs, mousse et bois pourrissant abritaient quantité d’ours, d’élans, de cerfs, de mouflons de Dall, de chèvres de montagne et de gloutons. »
Dès les premières pages le décor de Sukkwan Island — de David Vann, dans la collection Nature Writing des éditions Gallmeister — est dressé. Les personnages principaux de ce livre sont au nombre de trois : le père, Jim, dentiste, le fils Roy, treize ans et l’île de Sukkwan, située au Sud de l’Alaska. Une île déserte, quasi sauvage, où vont habiter pour une année le père et le fils. C’est dans une cabane rudimentaire qu’ils vont affronter le rude climat de Sukkwan Island.
Un hydravion les dépose au début de l’été, avec les premières réserves — notamment de nourriture qu’un ours ne tardera pas à saccager. L’intention de Jim est de profiter de la belle saison pour faire des provisions pour l’hiver. Au programme : pêche, chasse et construction. Mais ne s’improvise pas aventurier qui veut…

Comme dans tous les romans de la collection Nature Writing, David Vann mêle l’esprit et la chair de la Nature à une histoire d’hommes. Ici, un père et un fils qui se cherchent et apprennent à vivre dans une communauté difficilement acceptable par l’un et par l’autre.
Au fil des pages, Jim s’avère dépressif, immature et dépourvu du minimum de sens de l’organisation que nécessite une telle aventure. Roy, son fils, redécouvre ce père dont il ne garde que les bons souvenirs du temps où il habitait avec lui et sa mère.
L’île de Sukkwan Island sera à la fois le lieu de leur affrontement larvé et celui de d’un drame violent.

Outre la confrontation entre Jim et Roy, c’est aussi le rapport qu’ils entretiennent avec l’espace sauvage dans lequel ils tentent de survivre qui donne à l’histoire sa force. Ce qui devait être une aventure se transforme peu à peu en un cauchemar. Le fils devient rapidement, et malgré lui, le voyeur de son père, tandis que celui-ci fait de Roy un confident qu’il n’a jamais voulu être. L’angoisse permanente de Jim, exacerbée par les conditions de vie, finit par envahir et par miner Roy.
Le sentiment grandissant de culpabilité du père finira par le rendre aveugle aux déchirements du fils.

Sukkwan Island est un huis-clos universel avec en toile de fond la somptuosité sauvage de l’Alaska et la rigueur de son climat.
Une nouvelle fois, les éditions Gallmeister nous plongent avec ce roman au cœur de l’âme humaine enclose dans le sein d’une Nature grandiose.


Sukkwan Island, de David Vann, col. Nature Writing, éd. Gallmeister

Pour en savoir plus :



Christophe Léon

www.christophe-leon.fr


Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.