Aller sur la page d'accueil de
L'écologithèque.com
LA CHRONIQUE DVD
du 2 novembre 2009



« Le credo de Wal-Mart ? Des prix bas, et donc des salaires bas… la fin du modèle hérité du fordisme : Henry Ford payait bien ses salariés pour qu’ils puissent s’acheter des voitures. Wal-Mart paie mal les siens pour qu’ils soient obligés d’acheter ses produits. »
 Cauchemardons une entreprise qui paierait ses salariés au lance-pierre, qui les enfermerait la nuit dans ses entrepôts, qui n’accepterait pas les syndicats, qui achèterait 80 % des produits qu’elle commercialise à l’étranger et notamment en Chine, qui se foutrait pas mal du travail des enfants et de l’exploitation des ouvriers, une société qui deviendrait un modèle mondial et qui dominerait bientôt toute la grande distribution.
Un cauchemar ? Peut-être pire... 
Gilles Biassette et Lysiane J. Baudu dans leur livre Travailler plus pour gagner moins, sous-titré La menace Wal-Mart paru
en poche aux éditions Hachette littératures dans la collection Pluriel, vous feront découvrir une réalité qui dépasse la fiction. Un monde où l’argent est tout à la fois roi et bourreau, Graal et Enfer. Un monde où les profits abaissent l’homme à sa plus simple expression. Un monde où le mot esclavagisme n’est plus un lointain souvenir mais une réalité quotidienne.
Cet essai nous fait plonger dans les profondeurs abyssales de l’entreprise Wal-Mart, siège social Bentonville, USA. Chiffre d’affaires 400 milliards de dollars. N°1 de la grande distribution mondiale. Monstre tentaculaire qui étend son emprise sur tous les continents.

Lire Travailler plus pour gagner moins c’est se rendre compte combien nos modes de pensée et de vivre sont modelés par des entreprises commerciales telles que Wal-Mart. Combien la hantise du pouvoir d’achat peut être un puissant neuroleptique, au point que nous perdions de vue nos propres intérêts. Acheter au prix le plus bas signifie aussi des salaires bas, des produits de médiocre qualité, davantage de pollution et l’exploitation d’une main-d’œuvre à la merci des industriels dans des pays pas forcément respectueux des Droits de l’Homme.
Certains grands de la distribution française, pour ne pas dire tous, ont été obligés de s’aligner sur les méthodes Wal-Mart. Achetez dans  la grande distribution aujourd’hui revient à donner un blanc-seing à une pratique qui rejaillit sur nous tous. Le pouvoir d’achat est avant tout le pouvoir de ne pas acheter dans les supermarchés et autres hypermarchés. Acheter local, solidaire et pourquoi pas (surtout) bio est le seul moyen de montrer son désaccord avec l’entreprise capitaliste sauvage.
Travailler plus pour gagner moins éclaire les rouages et les méthodes pour les moins agressives de la grande distribution. Si le système Wal-Mart venait à se généraliser nous deviendrons tous, rapidement et sans vraiment nous en rendre compte, des travailleurs pauvres.

La libéralisation du commerce mondiale n’est pas une chance mais bien plutôt une calamité et pour les hommes et pour la Planète. Wal-Mart en est le fer de lance, relayé par de nombreux hommes politiques et chefs d’entreprises sectateurs d’une société où règnerait l’esprit de compétition et l’individualisme absolu. Exit la fraternité. Exit l’entraide. Exit l’Homme. Œil pour œil, dent pour dent. Quand l’argent devient un dieu, Wal-Mart est son messie.

Il est urgent de lire Travailler plus pour gagner moins. Il est aussi urgent de réagir et d’exprimer dans son quotidien son refus d’une société inhumaine. N’achetez plus en grandes surfaces. Payez à leur juste valeur les paysans, ouvriers, employés, travailleurs. N’acceptez plus un modèle dont vous êtes exclus de facto.
Local. Solidaire. Humain. Là est la véritable aventure du 21e siècle.


Travailler plus pour gagner moins (La menace Wal-Mart), de Gilles Biassette & Lysiane J. Baudu, col. Pluriel, éd. Hachette littératures 
Pour en savoir plus : http://www.hachette-litteratures.com


Christophe Léon

www.christophe-leon.fr


Vous pouvez laisser vos commentaires à cette adresse: commentaires@ecologitheque.com. Après modérations, ils seront insérés sous la chronique correspondante.